Nintendo s’est, il y a peu, attaqué à un tiers ayant conçu du contenu pour les fans de Mario 64. Karl Emanuar, c’est le nom de celui qui a publié la vidéo présentant Super Mario 64 Online, un mod permettant de jouer à Mario 64 ligne. Si ici Nintendo semble dans ses droits car ce développeur indépendant utilise une licence dont il n’a pas les droits, la firme nippone ne surréagirait-elle pas pour ce qui est des fangames qui concernent ses licences ?

En effet on se souvient tout du bruit qu’avait fait l’affaire du jeux Pokémon Uranium qui n’était rien d’autre qu’une version du jeu de monstres de poche faite par des fans et ce après plusieurs années de travail. Nintendo avait tout simplement fait retirer le lien de téléchargement du jeu du site officiel en menaçant l’équipe de développement de poursuites judiciaires.

On a aussi l’exemple de Zelda30Tribute, une version remasterisée du premier jeu Zelda en 3D sur navigateur. Le jeu se trouvait sur un site internet et avait été retiré par les deux développeurs de ce jeu alors que déjà un demi-million de personnes y avait joué, je pense, en souvenir du bon vieux temps. En effet ces deux personnes sont eux-mêmes de simples fans de la licence et de Nintendo de manière générale et voulaient juste rendre hommage à Zelda pour les 30 ans de la série.

Les exemples pour ce genre de cas sont légions et ne se limitent bien entendu pas à Nintendo mais d’autres fangames arrivent à tirer parti du succès d’autres jeux comme I Wanna Be the Guys sans pour autant être soucié des licences auxquels ils rendent hommage.

Ainsi on est en droit de se demander si les réactions des éditeurs qui ferment ces projets ne sont pas disproportionnées. Cependant celles-ci sont bien entendues entièrement dans leur droit pour ce qui est de la propriété intellectuelle de tout ce qu’elles produisent, comme l’on dit notamment les développeurs de Zelda30Tribute. Les éditeurs ne devraient-ils pas profiter de ces fangames afin de pouvoir embellir leur univers, car ces jeux sont une vision des joueurs de ces dits univers.

Au final la question de l’aspect profitable pour les propriétaires de ces licences se posent, non ? Est-il vraiment nécessaire de systématiquement détruire tous les projets de fangames ?

Je vous laisse méditer là-dessus, sur ce, à la prochaine !