Fin décembre, la presse s’est empressée  d’annoncer qu’Apple briderait sciemment les performances de certains modèles d’iPhone. Rapidement, les gros mots n’ont pas tardé à fuser : « obsolescence programmée », « escroquerie » et « mensonge » sont autant de termes que l’on peut facilement trouver dans de nombreux articles consacrés au sujet. L’opinion publique s’est également sentit très concernée, tant et si bien qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris concernant des soupçons d’obsolescence programmée et de tromperie.

Pourquoi Apple ralentirait sciemment les téléphones les plus âgé ? Une première réponse possible serait l’appât du gain. Si le téléphone ralentit sans raison apparente, c’est peut-être qu’il est temps de le changer. C’est ainsi que le raccourci facile entre les déclarations d’Apple et l’intention de nuire au consommateur a rapidement été fait. Mais peu de ceux à l’origine de la polémique se sont néanmoins penchés sur l’aspect technique du problème.

Des performances effectivement moindres

Pour tirer les choses au clair, le mieux reste encore de faire des tests de performance. John Poole, fondateur de Primate Labs s’est occupé personnellement de mener une batterie de tests sur des iPhones 6s et 7 exécutant différentes version d’iOS. Son objectif était simple : déterminer si une réelle baisse de performance intervenait sur un appareil durant son cycle de vie.

Les résultats sont sans appel. Sur l’ensemble du parc de téléphones testés, une importante baisse de performances intervient au fil des mises à jour du système d’exploitation. Pour une proportion importante d’appareils, cette baisse de performance implique également un confort d’usage moindre pour l’utilisateur. La baisse de performance étant avérée, quelle justification technique pourrait légitimer la décision de ralentir les appareils. Un utilisateur Reddit ayant participé à l’expérience de Poole, kadupse, offre une piste de réponse :

« Plusieurs iPhones 6s étaient victime d’arrêts inattendus, même après le programme de remplacement de batterie (auquel beaucoup de gens n’étaient pas éligible). Comme les batteries dégradées durent moins longtemps et délivrent une tension plus basse, la solution d’Apple était de réduire les performances du processeur. Cela ne résout rien et nuit à la qualité de l’expérience utilisateur… mais c’est mieux que d’être confronté à des arrêts inattendus avec 40% de batterie alors que vous avez besoin de votre appareil. »

Effectivement, de nombreux utilisateurs faisaient état l’année passée de problèmes d’arrêts inattendus sur leur iPhone. Apple avait même déclaré avoir corrigé le problème à 80% sans pour autant donner de détails sur la méthode employée.

Les batteries au lithium : notre cauchemar du quotidien

Tous les téléphones sont aujourd’hui équipés de batteries au lithium. Ces dernières sont peu chères à produire mais connaissent deux problèmes essentiels au fil du temps : leurs performances se dégradent et leur durée de vie est plutôt courte. C’est pourquoi après seulement un ou deux ans d’utilisation, la majorité des appareils équipés de batteries au lithium rencontrent des problèmes de performance ou de fonctionnement.

Les iPhones ne font pas exception. La batterie vieillit à l’usage et il est logique de constater des problèmes similaires sur des appareils disposant de la même configuration matérielle et logicielle. Le programme de remplacement de batterie et le ralentissement des appareils intervient donc en faveur de l’utilisateur qui pourra se servir de son téléphone plus longtemps à condition d’accepter la baisse de performances.

Une gigantesque erreur de communication

Adepte de la stratégie du secret, Apple semble avoir commis une grosse erreur de communication. Poole analyse d’ailleurs parfaitement la situation :

« Si la baisse de performances est due à la réparation des arrêts inattendus, les utilisateurs seront confrontés à des performances réduites sans notification. Les utilisateurs s’attendent à tirer complétement parti  de leur appareil ou à fonctionner en mode basse consommation en étant notifié du changement. Ce correctif crée un troisième état inattendu. »

En d’autres termes, Apple a tenté de trouver une solution au problème. Si elle est loin d’être parfaite, elle a le mérite d’éviter de graves problèmes de fonctionnement à l’utilisateur. En ne communiquant pas autour de ses intentions, la société américaine a laissé le doute planer sur ses intentions. Il n’en fallait pas plus pour que chacun se fasse sa propre opinion et que les influenceurs mettent de gros mots sur une histoire somme toute banale. Quitte à ce que la vérité soit déformée et les utilisateurs floués.

Les iPhones comme bon nombre de téléphones récents dispose d’une batterie inamovible.