Fêtant bientôt ses 20 ans, la franchise  God of War accouche d’un nouvel opus éponyme. Voilà des mois que les joueurs PlayStation attendent fébrilement le retour de Kratos, Dieu de la Guerre, dans cette nouvelle mouture taillée spécialement pour la PlayStation 4. A coup de journaux de développement et autres vidéos de teasing, Sony a longuement préparé l’arrivée de son jeu dans les mains du grand publique depuis presque 1 ans. Il est vrai qu’il serait injuste de ne pas reconnaître le travail fait par Santa Monica, le développeur, pour soigner le retour de Kratos. Produit comme un véritable film doté d’un unique plan séquence, le jeu se veut résolument novateur tout en repoussant toujours plus loin les limites techniques de la console. Tout ça pour dire qu’effectivement, au vu des premiers retours de la presse anglophone et francophone, le jeu semble être exceptionnel.

La question n’est donc pas de savoir si le jeu est bon mais plutôt d’analyser le traitement proposé par certaines rédactions  spécialisées. Il est tout à fait commun aujourd’hui de parcourir internet à la recherche d’avis sur le dernier jeu qui vient de sortir. Certains sites en ont fait leur fond de commerce, allant jusqu’à proposer des tests notés. Pourquoi pas, même si le concept d’analyse quantitative d’un jeu reste à mon goût une démarche tout à fait subjective. En l’état, la plupart des sites ont su faire la part des choses, attestant que le jeu proposait globalement une expérience de grande qualité tandis que quelques points de détails pourraient être améliorés ultérieurement. Encore une fois, God of War a tout d’un très grand jeu et cela saute aux yeux très rapidement.

Mais alors, en admettant qu’il soit possible de noter un jeu, peut-on lui mettre une note comme 0/10 ou 20/20 ? En d’autres termes, est-il possible de franchir cette ligne ténue entre un test subjectif synthétisé par une note et l’attribution d’un 20/20 distinctif plaçant le jeu dans une position très confortable ?

S’il on accepte l’idée même de noter un jeu, alors à quoi devrait correspondre un 20/20 ? Est-ce qu’il s’agit d’un jeu « parfait » ? Un produit qui plairait à tout le monde sans distinction ? Un jeu qui, dans sa catégorie, serait exempt de défaut ? Ou tout simplement un produit tellement révolutionnaire qu’il rempli allégrement tous les critères attendus et atteint finalement une forme de perfection temporaire ?

La question est complexe s’il on se place du côté du joueur. Du côté de Sony cependant, un tel retour est très simple à utiliser. Il s’agit d’un argument marketing puissant que l’ensemble de la future communication autour du jeu pourra utiliser. Effectivement, si Sony publiait une vidéo en y écrivant : « Notre jeu est parfait, vous n’avez jamais vu cela avant », vous auriez surement du mal à le croire, sans pour autant dénigrer le travail déjà présenté. Cependant, lorsque le jeu est enfin disponible et que la presse le test, comment la contredire si jamais elle en arrivait à la même conclusion ? La presse spécialisée a aujourd’hui cette légitimité que le simple joueur ne possède pas. Une notoriété qui lui permet aussi de pousser des jeux comme Zelda Breath of The Wild sur le devant de la scène.

Par deux fois déjà, cette fameuse note maximale a été attribuée par le même site sur deux jeux AAA en à peine plus d’un an.  Dès lors, deux conclusions s’imposent : soit nous vivons une époque vraiment exceptionnelle et les jeux qui sortent actuellement sont  absolument fabuleux, soit le concept même de note mérite d’être repensé pour coller à la réalité des productions actuelles.