Pour la troisième édition de VivaTech, le groupe Publicis a mis les petits plats dans les grands en proposant des conférences assurées par de prestigieux CEO, une intervention du Président de la République Française et un invité d’honneur prestigieux : Satya Nadella, CEO de Microsoft.

La journée la plus intéressante était de loin le jeudi. IBM, Microsoft, Uber, Facebook, Salesforce Et de nombreuses autres firmes se sont jointes à l’évènement pour livrer leur vision de l’avenir. Chacun de leur représentant respectif est intervenu sur l’une des scènes de conférence du salon pour parler de la meilleure façon de transiter politiquement, économiquement, socialement et industriellement.

Nous n’étions pas présents le vendredi mais sommes revenus le samedi pour explorer le salon. De nombreuses innovations étaient à la disposition du publique. Qu’elles soient ingénieuses ou curieuses, les innovations présentées avaient  le mérite d’être variées.

Des acteurs majeurs optimistes

Tous les CEO qui sont intervenus sur la scène de VivaTech partagent un optimisme constant à l’idée de la révolution technologique qui nous attend. Chaque CEO a apporté sa pierre à l’édifice en parlant d’un aspect spécifique de la transformation imminente. Prenons ces différents aspects dans l’ordre et tentons de résumer la vision qui se dégage des conférences.

Socialement tout d’abord, il a été question d’envisager une transition inclusive pour n’abandonner personne en chemin. Virginia Rometti, CEO d’IBM, a livré  une vision des classes de travailleurs qui fait progresser le modèle établit jusqu’à présent. Nous connaissons tous les cols blancs bleus , les cadres et les ouvriers. Virginia Rometti propose d’envisager l’existence d’une nouvelle classe émergeante : les  nouveau cols. Ces derniers se destineraient à occuper des postes nécessitant des compétences des deux catégories existantes ainsi que des aptitudes nouvelles qui apparaitrons avec les métiers de l’intelligence artificielle.

Satya Nadella, CEO de Microsoft, sur la scène de conférence principale du salon.

Politiquement, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de « Tech for Good » une initiative européenne menée avec les multinationales pour assurer que les usages liés au numérique. Les mesures du RGPD en vigueur depuis le 25 mai sont un début, mais ce n’est pas suffisant. D’après Emmanuel Macron, la France ne peut pas laisser aux compagnies privées le soin d’établir les règles concernant les données personnelles comme l’on choisit les USA. Le modèle Chinois où l’information est contrôlée par le gouvernement ne va pas non plus dans la direction de l’Open Data voulue  par Emmanuel Macron. Il est donc question d’assurer la souveraineté de la France et de l’Europe en matière de vie privée et de données personnelles

Economiquement, l’émergence de nouveaux métiers ne signifie pas pour autant la disparition de ceux existants. Prendre soin des Hommes est encore la responsabilité des Hommes. C’est pourquoi le numérique a vocation à  rendre le travail de chacun plus efficace tout en apportant le support nécessaire à l’amélioration de la productivité de tous, en toute sécurité.

Concernant l’industrie, Microsoft et IBM ont annoncé  la création d’emplois, de parcours de formation et d’accompagnement de ceux souhaitant se réorienter ou se préparer aux métiers de l’IA. Former aux métiers de demain est aussi la responsabilité de ceux qui identifient aujourd’hui leurs besoins à venir.

Des stands aussi nombreux que variés

Sur le gigantesque espace du Parc des Expositions porte de Versailles, les plus petits côtoyaient les plus grands. Chaque stand présente  son travail, ses innovations au travers d’expériences rarement accessibles en temps normal.

Sur le stand Microsoft, plusieurs HoloLens étaient disponibles à l’essai pour découvrir la réalité mixte . L’occasion de découvrir une expérience prometteuse, stable mais qui encore aujourd’hui connaît de nombreuses limitations techniques. Impressionnante, cette technologie trouve aujourd’hui de nombreuses applications industrielles (collaborer sur une opération chirurgicale avec des professionnels aux quatre coins du monde par exemple)  mais encore trop peu de projets grand public. Une Xbox One X, plusieurs casques de réalité mixte et une présentation de plusieurs applications des services cognitifs de Microsoft étaient à l’honneur sur le salon.

IBM Q, l’ordinateur quantique de la compagnie américaine éponyme

IBM a lui aussi présenté son ordinateur quantique tout en expliquant les recherches menées avec Watson dont nous avions déjà parlé dans un article précédent. Airbus, Facebook, Google, Orange et encore bien d’autres stands ont chacun tenté de valoriser leur travail en présentant des produits comme des enceintes connectées, des casques de VR et de nombreux produits connectés. En somme, peu de vraies nouveautés étaient disponibles à l’essai et les stands ne se valaient clairement pas tous qualitativement.

Quels objectifs pour l’année à venir ?

De grandes directions et des promesses sont venues animer les trois jours de VivaTech. Nous avons la chance d’accueillir un salon d’envergure à Paris capable de rassembler l’Europe, l’Asie et les USA. En seulement trois ans, il est devenu l’évènement Tech le plus important d’Europe.

L’objectif principal de cette année, c’est de réussir à bâtir un lien de confiance entre l’industrie et le public. Les utilisateurs n’adopteront pas d’innovations s’ils se sentent contraint ou pris au piège. Qu’il s’agisse de pratiquer une politique fiscale commune à toute l’Europe ou d’être transparent avec les utilisateurs sur l’usage de leurs données, tout reste à faire pour que cette démarche inclusive envisagée puisse se concrétiser.

En conclusion

VivaTech n’est pas qu’un salon d’exposition, il est le cœur névralgique européen de l’innovation. En trois ans d’existence seulement, il a su attirer les plus grandes personnalités de l’industrie. Mieux, il constitue aujourd’hui un point de rendez-vous pour tous ceux  qui veulent en savoir plus sur la société de demain. Le salon illustre donc à quel point l’année qui nous précède a su briller sur le plan de la technologie. Espérons maintenant que l’innovation n’aura de cesse de nous impressionner dans les années à venir.