Il convient de débuter cet article avec une mise en garde. Contrairement à la majorité  de ceux qui liront cet article, je n’ai jamais vu aucun des films de cette grande saga qu’est Jurassic Park. Ne me parlez pas non plus de Jurassic World puisque je sèche tout autant. Comprenez bien que je ne connais absolument rien à cet univers de Spielberg et que les dinosaures me sont étrangers. Je me suis lancé dans l’aventure Jurassic World Evolution sans la moindre connaissance de l’univers des films, c’est dit ! En revanche, je connais le travail de Frontier, le développeur du jeu, sur le bout des doigts ! RollerCoaster Tycoon 3, Zoo Tycoon, Planet Coaster, Kinectimals, Thrillville et bien d’autres m’ont gardé en haleine de longues heures et c’est avant tout parce que ce studio se trouve derrière le jeu que j’avais envie de l’essayer. Finalement, après quelques heures de jeux, il est temps de faire le point sur les forces et les faiblesses de Jurassic World Evolution.

Les dinosaures au centre du gameplay

Si vous avez joué à Planet Coaster, oubliez tout de suite cette idée que Jurassic World Evolution en est une copie avec quelques dinosaures en plus. Le gameplay, la gestion et les objectifs sont très différents et en font une production unique  où tout sera centré sur les dinosaures (quelle surprise !).

Pour attirer des visiteurs, il vous faudra donc leur proposer d’admirer de leurs yeux des créatures depuis longtemps disparues. La tâche ne sera pas simple puisque Frontier a opté pour un système poussé d’incubations des bestioles. Tout commence  lorsque vous envoyer un des archéologues en expédition pour extraire des fossiles sur l’un des nombreux sites de fouilles disponibles dans le monde. Une fois leur travail terminé, ils rentreront sur votre île rapportant avec eux les précieux fossiles.

Ces derniers pourront ensuite être vendus (pour gagner de l’argent) ou confiés au centre des fossiles de votre île pour en extraire un maximum d’ADN de dinosaures. Plus le fossile sera de qualité et plus vous serez capable de reconstituer le génome complet de la créature pour obtenir un dinosaure fidèle à l’espèce d’origine mais aussi plus fort et moins susceptible de tomber malade.

Votre parc aura fière allure après quelques heures de jeu !

Lorsque vous disposez de 50% du génome, vous pouvez incuber un dinosaure dans un centre de création Hammond. Cette opération vous demandera de patienter plus ou moins longtemps selon l’espèce mais aussi selon les modifications de l’ADN  que vous aurez opérées . Le jeu pousse le concept loin en vous octroyant la capacité de modifier le code génétique de chaque bête  pour changer son apparence mais aussi sa force, son comportement et ses qualités au combat. Une fois incubé, il est temps de laisser votre premier protégé intégrer son enclos et faire ses premiers pas sur votre île ! Tout cela va vous demander du temps mais c’est ici que se trouve le centre du jeu.

L’espace sur votre île est restreint. A vous de faire cohabiter les espèces capables de vivre ensemble au sein d’un même enclos. Frontier n’a pas édulcoré son jeu puisque les dinosaures peuvent se battre entre eux, manger les visiteurs  et s’intimider les uns les autres. Les rapports de force donnent souvent lieu à des affrontements dans les enclos lorsque certaines espèces ne peuvent cohabiter. Il convient donc d’envisager de gérer finement les pensionnaires en étudiant les subtilités de leur caractère. A moins que vous ne souhaitiez les voir se battre, comme le jeu vous y encourage.

L’importance des départements

La progression en jeu est plutôt simple à appréhender bien qu’atypique. Vous aurez accès à 5 îles  dont une (celle du film si j’ai bien compris) sans objectifs précis, un bac à sable avec de l’argent illimité donc. Les 4 îles restantes auront chacun leur topologie propre ainsi que des conditions climatiques spécifiques. En arrivant sur chacun d’elle, le contexte sera également différent. Certaines auront déjà des installations prêtes à l’emploi tandis que d’autres auront été laissées  à l’abandon et dans une situation financière calamiteuse.

A vous de faire de chacune  des îles un petit paradis pour les trois départements que compte le jeu. Les divisions science, divertissement et sécurité sont là pour vous fournir des contrats régulièrement. Ces contrats sont dynamiques et vous avez la possibilité de les refuser. La progression n’est donc pas aussi linéaire que dans un jeu de gestion classique. A chaque partie, les contrats changeront et vous ferez rarement deux fois la même chose.

Toutes les informations de votre parc sur un seul écran !

Remplir les contrats d’une division vous permettra d’augmenter votre réputation auprès d’elle. Attention néanmoins, les divisions sont en concurrence et votre réputation dans une division pourra baisser si elle se sent délaissée. Lorsque votre réputation aura atteint un certain seuil, les divisions vous octroieront des récompenses comme des espèces de dinosaures rares ou des améliorations à acheter pour vos bâtiments. Petit à petit, un parc rudimentaire se transformera en un complexe scientifique et touristique. A vous de décider s’il vous tient à cœur de débloquer les nombreuses espèces du jeu ou de gagner de l’argent rapidement.

Pour débloquer une île, il vous faudra gagner des étoiles. Elles représentent la qualité de votre parc sur de nombreux critères. Nombre de dinosaures, diversité des espèces, services accessibles pour vos visiteurs, santé financière de votre parc et d’autres critères encore entreront dans cette notation. S’il sera relativement simple d’atteindre les deux première étoiles, l’île suivante ne se débloquera que lorsque vous aurez atteint la troisième étoile sur votre parc en cours. Les quatrième et cinquième étoile débloquent les récompenses les plus rares et utiles du jeu mais s’adressent aux gestionnaires capables de rendre leur parc attractif et prolifique. Il y aura donc du challenge pour tout le monde !

Un parc de dinosaures, pas d’attractions !

Avant de rédiger cet article, j’ai pris le temps de lire les retours des joueurs un peu partout sur internet. Certains semblaient s’attendre à une simulation de parc d’attraction avec des dinosaures dedans. J’insiste donc sur le fait que vous ne gérez ni un parc d’attraction, ni même un zoo. Ici, vos visiteurs et leurs besoins sont clairement secondaires, à tel point que le nombre de visiteurs du parc n’apparaît même pas sur l’interface principale du jeu.

Ce sont les dinosaures, leurs interactions, la recherche, les contrats et l’aménagement de votre parc qui vous occuperont vraiment. S’il fallait décrire Jurassic World Evolution, je dirai qu’il s’agit plus d’un jeu de gestion de laboratoire de recherche à ciel ouvert dans lequel des touristes viennent faire une incursion. Vous gérez avant tout un complexe de recherches avec tout ce que cela implique, il est donc logique de ne pas avoir la main sur des détails comme le placement des bancs, des lampadaires ou des toilettes de votre parc. Pas de décoration à placer non plus puisque ce n’est pas là l’objectif.

Un moteur graphique qui flatte la rétine

Frontier avait mis la barre haute  avec Planet Coaster. Jurassic World Evolution le surpasse de très loin. Le jeu se veut d’un réalisme époustouflant et le soin apporté à chaque élément du jeu rend l’expérience incroyablement plaisante. Les cartes sont grandes, détaillées, tous comme les dinosaures, modélisés et animés avec beaucoup de soin. Le moteur physique est digne des plus grosses productions actuelles avec une végétation dynamique riche et des effets météo impressionnants. L’herbe se plie sous les pattes de vos dinosaures, les feuilles des arbres se laissent bercer par la brise tandis que le soleil se reflète subtilement sur les points d’eau de la carte. Le résultat est franchement impressionnant !

Le jeu est particulièrement solide graphiquement

Un jeu rafraîchissant

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le jeu et ses fonctionnalités sympathique comme la capacité de prendre le contrôle d’une jeep ou d’un hélicoptère pour intervenir dans votre parc. La musique originale du film fonctionne à merveille, tout comme les voix officielles du celui-ci  qui vous accompagneront tout au long du jeu ! Jurassic World Evolution ne fait pas de concession et livre une expérience riche et immersive aux fans des films comme à ceux qui, comme moi, qui n’y connaissent rien.