Imitant Sony et Microsoft, Nintendo s’apprête à lancer Nintendo Switch Online (NSO), un abonnement destiné à ceux souhaitant profiter de fonctionnalités en ligne. Cela commence par le jeu en ligne, qui ne sera désormais plus gratuit. En d’autres termes, pour rejoindre une session de jeu à plusieurs au travers d’internet, il faut posséder un abonnement Nintendo Switch Online. Pour justifier le prix du service, Nintendo propose plusieurs fonctionnalités supplémentaires à destination des futurs abonnés.

Les autres services de Nintendo Switch Online

Si Microsoft et Sony offrent chaque mois des jeux aux membres GOLD et PlayStation Plus, Nintendo a choisi de jouer la carte de la rétrocompatibilité. En souscrivant à NSO, le joueur aura accès à un catalogue de jeux NES qui s’agrandira au cours du temps. Pour le lancement, voici la liste des jeux disponibles :

  • Ice Climber
  • The Legend of Zelda
  • Ballon Fight
  • Soccer
  • Tennis
  • Mario Bros.
  • Super Mario Bros.
  • Dr. Mario
  • Super Mario Bros. 3
  • Donkey Kong

Certains de ces jeux profiteront du NSO pour proposer aux joueurs de s’affronter en ligne. Pour rappel, la NES est sorti en France en 1987, les jeux seront donc tous d’un autre âge.

Vous pourrez également stocker vos sauvegardes de jeux dans le Cloud afin de les récupérer si vous veniez à changer de console, réinitialiser la votre ou utiliser celle d’un ami. Seuls les jeux compatibles pourront enregistrer des données dans le cloud Nintendo. Aucune liste de jeux compatibles n’a été transmise pour le moment.

Enfin, une application éponyme iOS et Android  vient combler l’absence de système de chat vocal et écrit de la console. Elle permet également d’inviter des amis à jouer depuis les réseaux sociaux. Splatoon 2 l’utilise également pour afficher votre classement et vos statistiques de jeu.

Les abonnés profiteront de réductions spécifiques sur certains titres de l’eShop. Aucune information complémentaire n’est disponible actuellement.

Était-ce vraiment utile ?

Avec son service, Nintendo marche dans les traces de ses concurrents sur un terrain où l’offre se veut très agressive. Malgré un tarif attractif de 20€ par an, il reste difficile de trouver de vrais arguments pour souscrire. A moins de vraiment vouloir jouer en ligne (service gratuit jusque-là), il ne semble pas justifié de dépenser 20€ pour du cloud, une appli comblant les lacunes de la console, quelques promos et des jeux vieux de bientôt 30 ans. Nintendo excelle lorsqu’il s’agit de se démarquer, mais la situation semble bien différente lorsqu’il s’agit d’entrer en concurrence avec les autres acteurs du marché. Je ne doute pas de l’envie des joueurs Switch de jouer en ligne, mais je ne crois pas que leur demander de payer pour un service gratuit jusque là soit vraiment justifié. Quoi qu’il en soit, nous verrons ce qu’il en est à la mi-septembre, au moment du lancement de Nintendo Switch Online.