Vous connaissez forcément Tomb Raider. Le scénario est plus ou moins toujours le même : une vielle relique puissante et mystérieuse se trouverait à un endroit improbable du globe et Lara Croft veut la mettre en sécurité avant qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. Ce scénario déjà éprouvé a poussé Square Enix à refondre sa série au travers d’un reboot lancé en 2013. D’ailleurs, si vous avez du temps à la découverte de la saga, une série de livestreams est en cours au moment où nous écrivons ces lignes dont les replays se trouvent à cette adresse.

Cependant, ce n’est pas ce genre d’aventures qui nous intéresse aujourd’hui. Lara a aussi participé à des aventures plus modestes dont celle du Temple d’Osiris. Dans cet épisode, elle se trouve prise malgré elle dans un drame familial. Osiris, puissant Dieu égyptien, était jalousé par son frère Seth. Ce dernier le fit assassiner et jeta les différentes parties de son corps dans le Nil pour qu’il ne puisse jamais accéder à la vie éternelle. Seth fut enfermé par l’opération du saint esprit dans une relique et Lara l’a accidentellement libéré puisqu’il n’y aurait pas eu d’aventure dans le cas contraire. Seth revient dans le monde des vivants tandis qu’Isis et Horus, la femme et le fils d’Osiris, viennent prêter main forte à Lara. Elle va devoir retrouver les morceaux du Dieu si elle veut que ce dernier l’aide à repousser la menace que représente Seth. Un autre explorateur, Carter Bell, vient également compléter le roaster de personnages jouables pour les besoins de cette aventure.

Lara Croft partage la suite

Sauter, escalader, raser les murs et tirer sur tout ce qui bouge en courant, voilà l’aventure qui attend nos intrépides personnages. Contrairement aux jeux classiques de la série, celui-ci a été conçu pour être joué à plusieurs. Ainsi, il faudra collaborer pour résoudre des énigmes et tuer les nombreux ennemis qui parsèment les couloirs du temple d’Osiris.

Cette coopération trouve son intérêt dans le fait que chaque personnage a des capacités spécifiques. Le système de jeu fonctionne sur la base de deux duos plutôt que d’un quatuor, puisque les deux aventuriers, tout comme les deux Dieux, disposeront de capacités identiques. Les aventuriers possèdent un bel arsenal d’arme ainsi qu’un grapin, bien utile pour s’accrocher un peu partout et créer des ponts au-dessus de gouffres infranchissables. De l’autre côté, les Dieux possèdent le sceptre d’Osiris, la relique tant convoitée par Lara qui permet d’interagir avec certains éléments spécifiques du décor. Pour le reste, les mines, les armes et les esquives seront à l’identique chez tous les joueurs.

Le Game design tire parti en permanence de cette complémentarité en proposant des énigmes à la difficulté croissante ponctuées par des combats relativement peu intéressants. A part massacrer sans vergogne tous les ennemis autour de vous, il ne sera jamais vraiment question de réfléchir ou d’adopter une stratégie spécifique pour venir à bout d’une menace.

Même les quelques boss du jeu ne relèvent pas le niveau. Souvent inintéressants, ils s’avèrent aussi relativement peu malins. Qui plus est, la façon d’en venir à bout est souvent répétitive et alambiquée, c’est donc frustré que l’on ressort de ce genre d’affrontements.

La vraie différence par rapport à la série principale Tomb Raider réside dans la caméra et le système de jeu. Exit la caméra à la troisième personne pour une vue en plongée à 45°. Le système de jeu se veut orienté arcade avec des déplacements qui répondent au quart de tour et des roulades à l’infini pour esquiver les coups ennemis.

Quand la lassitude s’installe

Le jeu utilise la météo et le cycle du soleil pour modifier le gameplay et la direction artistique. Le jeu est joli, sans conteste, et le changement de condition modifie réellement la façon de jouer.  Cependant, la lassitude finie malgré tout par s’installer à force de recommencer inlassablement les mêmes choses dans des environnements différents. Pousser un poids sur une dalle, tirer un levier et presser un bouton, voilà globalement ce qui vous attend pendant les 5 petites heures que constituent le scénario.

L’histoire est malgré tout soutenu par de la musique et des bruitages globalement bons. Malgré un scénario relevant plus du prétexte qu’autre chose, les acteurs tiennent leur rôle et le doublage n’est pas mauvais.

Finalement, c’est surtout l’aspect linéaire et sans surprise du jeu qui fini par le rendre répétitif. Inclure des phases de gameplay vraiment différente aurait rendu le jeu bien plus agréable. De même, la prolifération d’éléments à collecter frise le ridicule avec des bagues, des artefacts, des masques censés donner des pouvoirs et amélioration spécifique. En vérité, retirer l’intégralité de ce système et vous vous rendez compte que le jeu fonctionne parfaitement sans. Seul les différentes armes proposées (une soixantaine en tout avec les DLC payants) changent un peu les choses, sans être pour autant indispensables.

Coupez ! Mais qu’est-ce que vous faîtes ?!

S’il y a une chose qu’on peut dire au sujet de Square Enix, c’est que leurs jeux profitent souvent d’une excellente mise en scène. Deus Ex, Tomb Raider, Just Cause, Hitman et les autres sont là pour en témoigner. De fait, difficile de comprendre ce qu’il s’est passé ici.

Si la mise en scène se veut relativement soignée au début de l’aventure, l’absence de réelles cinématiques et les quelques phrases de dialogues éparpillées au fil des niveaux ne permettent pas vraiment de s’immerger dans cet univers. En dehors du contexte de départ et de la fin du jeu, vous n’apprendrez rigoureusement rien sur la relation entre les deux frères ni ce qu’a pu être la vie de sa femme et de son fils après sa disparition. Il n’y a donc aucun lien entre le joueur et les personnages tandis que Lara accepte tout ce qu’on lui raconte sans jamais broncher, ni chercher à en savoir plus. Quelques cinématiques supplémentaires et un minimum de travail sur la relation entre les différents personnages n’auraient vraiment pas été du luxe.

Un mot, tout de même, sur le combat final avec Seth. Vous avez donc rassemblé tous les morceaux d’Osiris (quelle surprise !) et ce dernier vient renvoyer Seth dans sa prison. S’il on peut encore passer sur le fait que ce combat soit terriblement mou, difficile en revanche de justifier que vous ne le meniez pas vous-même. Le boss de fin consiste à allumer des feux pour faire réapparaître Osiris sans vous faire tuer par les ennemis pathétiques que vous tuez d’une balle durant tout le jeu. Cette fin est d’autant plus frustrante qu’arrivé en fin de jeu, vous disposez de nombreuses armes que vous auriez pu mettre à contribution pour un affrontement titanesque. Mais non, ici, on touche avec les yeux.

Un jeu pour passer le temps

Lara Croft et le Temple d’Osiris reste une expérience solide sur le plan du gameplay. La collaboration est bien maîtrisée, le jeu est plutôt joli et se laisse parcourir à plusieurs. Cependant, il ne faut absolument rien attendre de plus qu’un sympathique moment entre ami à condition de ne pas avoir peur de faire et refaire les mêmes choses pendant un peu plus de cinq heures. C’est court, très court même, et la rejouabilité est absolument inexistante une fois que l’aventure touche à sa fin. Vendu à un prix abordable, ce jeu moyen mérite tout de même d’être parcouru pour les quelques bonnes idées de gameplay qu’il propose. Cependant, n’y allez pas seul, vous risquez vraiment de mourir d’ennui !