Comme chacun le sait, PlayerUnknown’s Battleground et Fortnite sont les deux jeux tendance du moment, y compris sur mobile. En effet, PUBG (excusez-moi d’abréger mais c’est quand même pénible à écrire) est disponible sur iOS et Android depuis le mois de mars. Poussé par Tencent, des acteurs majeurs du secteur du mobile et d’une des dix plus importante compagnie au monde en termes de capitalisation boursière, PUBG atteint un nouveau palier de popularité.

En effet, la société a annoncé la semaine dernière que la version mobile du jeu de Battle Royale avait atteint les 100 millions de téléchargements, un chiffre soutenu par les 14 millions de joueurs qui s’y connectent chaque jour. Le succès du produit n’est donc plus à démontrer même si cela pose de nouvelles questions en ce qui concerne le jeu compétitif, le crossplay et l’avenir du mobile par rapport à l’industrie du jeu vidéo.

Une annonce à relativiser

Il faut tempérer cette annonce en précisant que cette version du jeu est entièrement gratuite. Il est toujours plus facile de promouvoir un produit ou un jeu lorsque le joueur n’a pas à mettre de l’argent sur la table pour se le procurer. Sur PC, la communauté du jeu a atteint les 20 millions de joueurs en novembre 2017. A l’heure où vous lirez ceci, c’est à peine plus d’un million de joueurs qui s’affronteront sur PC, soit 14 fois moins que sur mobile. L’aspect gratuit du titre joue donc beaucoup plus sur son succès que ses qualités intrinsèques. PUBG donne un prétexte à l’affrontement, seul ou entre amis, et chacun peut désormais rejoindre la communauté sans dépenser quoi que ce soit.

Sachez aussi que contrairement à Fortnite requérant pas moins de 3Go de mémoire vive pour fonctionner sur téléphone, PUBG peut se targuer, à défaut d’être agréable à regarder, de fonctionner sur tout une panoplie d’appareils plus ou moins performant.

A titre personnel, je vois donc là un jeu sans grand intérêt qui surfe surtout sur un mouvement lancé par son aîné sur PC puis Xbox One. Fortnite et PUBG auront certainement un avenir radieux durant quelques années avant d’être totalement éclipsé par un nouveau phénomène de mode. Compte tenu de ce qu’ils sont et ce qu’ils offrent, ces jeux ne marqueront en aucun cas l’histoire du jeu vidéo et ne propose finalement qu’une source de divertissement immédiate prête à être consommée qui finira fatalement par lasser les utilisateurs, même en étant gratuit. Ce n’est pas grave, puisque cela laisse le temps à Tencent et Epic Games de préparer leur prochain jeu à destination du mobile. Après tout, lorsqu’on sait que PUBG mobile aurait rapporté près de 30 millions de dollars, difficile de blâmer qui que ce soit de vouloir poursuivre l’exploitation du juteux filon.