Après l’annonce de la Xbox One S All-Digital Edition, nous avons lancé un modeste sondage qui a recueilli une vingtaine de réponse. Rien d’extraordinaire me dirait vous, mais je n’ai pas pu m’empêcher de rester pensif face aux résultats. La question était plutôt simple : Seriez-vous prêt à acheter une console de salon sans lecteur Blu-Ray ? 

Sur Twitter, 54% d’entre vous ont répondu par l’affirmative. Une courte majorité qui s’est vu contrebalancée par Facebook. Ici, 60% des sondés affirment ne pas être prêt à sauter le pas. Vous le constaterez donc, les résultats se valent et la question divise. Dès lors, il s’agit de comprendre pourquoi. Chacun de ces supports possède des avantages comme des inconvénients. 

Le cas du joueur PC

Tout à fait à part, le joueur PC ne se pose plus la question. Dès 2013, d’après DFX Intelligence, 92% des ventes de jeux sur PC ont eu lieu en dématérialisé, principalement au travers de Steam. Cette tendance a poussé les revendeurs physiques comme Micromania à ne plus proposer de jeux PC à la vente en magasin. 

Pour les joueurs console, les habitudes sont différentes

Le support disque a été introduit par la première PlayStation au début des années 2000. Depuis cette époque, toutes les consoles de salon sorties sur le marché en sont équipées. La Nintendo Switch fait exception à cette règle mais il s’agit d’une console hybride à l’architecture bien plus proche d’une console portable que d’une plateforme de salon. 

Il n’en demeure pas moins que les joueurs console continuent d’acheter leurs jeux en boîte. D’après le SELL, en 2017, 59% du chiffre d’affaire lié aux ventes softwares correspondait à des jeux physiques. Dans le même temps, la vente de jeux physiques a augmenté de 6% la même année contre 46% pour le dématérialisé. En d’autres termes, si nous n’y sommes pas encore, la tendance s’inverse clairement. 

La boîte ou le sentiment de posséder un objet

Acheter un jeu en boîte, c’est avoir le plaisir d’en retirer le blister, de l’ouvrir pour découvrir son jeu et de le placer dans sa console. Tout cela n’existe pas avec un jeu dématérialisé acheté via un store. Les jeux physiques donnent donc cette impression de posséder quelque chose, ce qui n’est plus tout à fait vrai à l’ère des consoles connectées à internet.  

En effet, un éditeur tout comme le constructeur de la console peut décider de ne plus prendre en charge le dit jeu via une simple mise à jour 

Les jeux physiques sont également cités pour la rétrocompatibilité, cette option de jouer à de vieux jeux sur de nouvelles consoles sans avoir à les racheter. Chez Sony, sur PS4, cette option a disparu au profit de l’achat en dématérialisé uniquement de vos anciens titres sur votre console de salon.

Nintendo a procédé de la même manière sur Switch. Microsoft supportera vos jeux Xbox 360 et Xbox originale sur Xbox One sans coût supplémentaire. Pour ce faire, le disque sera reconnu par la console qui téléchargera ensuite votre jeu compatible sur Xbox One, votre disque ne sert donc que de clé de validation 

La dématérialisation, un moment difficile à passer

Ranger sa collection de jeux sur une étagère pour pavaner devant ses amis n’est plus possible avec les jeux dématérialisés. De même, les connexions à internet les plus lentes mettront certainement plusieurs jours pour télécharger les derniers titres sortis. Enfin, le jeu ne se trouvant pas physiquement dans vos mains, rien ne vous garantit que vous y aurez toujours accès dans 10 ou 20 ans. En d’autres termes, vous n’achetez pas le jeu mais le droit d’y accéder tant que votre Store fonctionne. 

Pour toutes ces raisons, la vente de jeux dématérialisés va avoir besoin de temps pour s’installer dans les habitudes des joueurs consoles. Les chiffres montrent néanmoins que la situation progresse, principalement grâce à des prix attractifs et des services exclusifs à la dématérialisation comme le Xbox Game Pass : 200 jeux pour 10€ par mois. Impossible de proposer ce genre de services avec des boîtes de jeu. 

Plus que les jeux, les consoles semblent également prises le chemin de la dématérialisation. La PlayStation Go de Sony était pionnière sur le sujet en ne proposant plus de jeux physiques sur ce support. Trop en avance sur son temps, Sony subira un échec cuisant pour un concept bien plus audible à l’heure actuelle par les joueurs du monde entier. 

Le support physique finira par disparaître

Rassurez-vous, cela n’est pas prévu pour demain. Néanmoins, nous vivons à l’époque du service à la demande où chaque chose doit être accessible rapidement, pour tous, immédiatement et au prix le plus bas. Lorsque le territoire sera majoritairement fibré, l’un des principaux remparts à la démocratisation de la dématérialisation disparaîtra. 

Les enfants d’aujourd’hui seront les joueurs de demain. Pour eux, Netflix, Spotify, Xbox Game Pass seront autant de services pour regarder des séries, écouter de la musique ou jouer à des jeux. À terme, les périphériques eux-mêmes finiront par être dématérialisés. Après tout, si je souhaite jouer à Forza sur ma Xbox et continuer sur mon téléphone, pourquoi ne le pourrais-je pas ? 

Tout cela demeure une question d’habitudes et de goûts. L’industrie du jeu est en plein changement ainsi que tous les appareils que nous utilisons chaque jour. Reste à savoir comment les acteurs actuels du secteur compte accueillir ce changement et peut-être, pourquoi pas, laisser leur place à de nouveaux venus.