Jeudi dernier, Sony tenait son évènement annuel consacré à PlayStation. Dans cette édition spéciale, la marque japonaise annonçait une émission sur « le futur du jeu vidéo ». En effet, il était question de présenter les jeux PlayStation 5 ainsi que la console avant sa sortie en fin d’année. Après une heure quinze d’annonces, il est temps de faire le bilan.

Un curieux lineup de jeux

La grande force de Sony réside dans ses studios. Depuis 2 générations, les jeux Sony ont su offrir des mondes ouverts ambitieux, riches et originaux. L’aube d’une nouvelle génération de machine est précisément l’occasion de jouer ce genre de cartes pour se démarquer de la concurrence et attiser la curiosité. Outre les considérations ludiques, les jeux Sony sont depuis toujours une vitrine technologique pour la marque.

Voici la liste des 26 jeux présents durant la conférence :

Cette conférence est clairement l’exception qui confirme la règle, puisqu’à l’exception de Ratchet & Clank et Horizon : Forbidden West, aucune exclusivité n’a vraiment réussi à générer la surprise et l’engouement selon moi. Gran Turismo 7 est loin d’être impressionnant visuellement, les autres titres semblent simplement adaptés des univers déjà vus ailleurs : le héros perdu dans l’espace, le jeu de plateforme familial, le titre compétitif en ligne fun. Bref, peu de passion et pas d’idées.

On dénombre donc 9 exclus dont seulement 2 nouvelles venues : Destruction All Stars et Returnal. Tout le reste provient de suites, spins-off, remakes ou remasters. À ce constat s’ajoute la présence écrasante d’une majorité de titres multi-support dont certain déjà connus. Le nouveau Resident Evil avait en effet fuité quelques jours auparavant et Deathloop avait été présenté l’année passée à l’E3.

Si Horizon : Forbidden West et Ratchet & Clank : Rift Apart sont clairement là pour démontrer les capacités de la PS5, les autres annonces, sympathiques au demeurant, n’incarnent en rien le futur du jeu vidéo. Pas un mot sur la rétrocompatibilité, les services en ligne ou de nouveaux concepts en jeu et des trailers loin d’être impressionnants visuellement. C’est donc ça le futur ?

Même en mettant ces éléments de côté, on peut s’interroger sur la pertinence d’ouvrir une conférence next-gen sur le remaster (non rétro compatible donc) de GTA V sur PS5. Je rappelle qu’il s’agit initialement d’un jeu PS3 / Xbox 360 et qu’il ne semble pas vraiment incarner l’avenir que Sony semble pourtant ambitionner.

Cela ne diminue en rien le plaisir de découvrir des titres comme Kena : Bridge of Spirits ou les nouvelles aventures de l’univers Oddworld. Bien au contraire, ces annonces sont tout à fait attrayantes mais elles semblent en deçà de ce que l’on pourrait attendre d’un évènement aussi important.

Ce n’est donc pas avec les jeux que Sony va déclencher l’acte d’achat de mon point de vue. Tout du moins pas pour l’instant. L’ultime annonce de la conférence concernait la console. Un moment clé annoncé depuis plusieurs mois qui s’est finalement transformé en douche froide.

La PlayStation 5, pas de services et un design terrifiant

Oui, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. C’est la raison pour laquelle je vais très rapidement passer sur ce design mi-jouet, mi-routeur WiFi géant pour me concentrer sur ce qu’il signifie d’un point de vue technique.

Il y a quelques mois, lorsque les fiches techniques des deux consoles ont été dévoilés, nous avions publié un comparatif des deux architectures techniques qui plaçait la Xbox dans une position plus avantageuse par sa conception : un refroidissement intelligent, de meilleures performances globales, des services plus nombreux et plus qualitatifs.

Sony avait donc deux cartes à jouer pour se démarquer : les exclusivités et le refroidissement de sa machine pour tirer partit des pics de performances de la configuration de sa console. Pour les exclusivités, je vous renvoi à la première partie de cet article. Concernant le refroidissement, le choix de design me semble tout fait inquiétant.

Tout d’abord, la PlayStation 5 se veut très large et très haute. Généralement, il s’agit d’une solution directe aux problèmes de refroidissements qui ne garantit en aucun cas la fiabilité du système (la Xbox 360 le sait bien). En effet, même avec une console plus haute et plus large, l’environnement dans lequel cette machine va se trouver aura un impact sur sa température. Une console de salon fini souvent sous un meuble TV, confinée, et celle-ci risque de rapidement chauffer et de fonctionner en mode dégradée.

L’autre interrogation concerne les matériau et l’évacuation de l’air chaud. Les visuels présentés laissent voir deux fines bandes d’évacuation de l’air tout autour de la machine tandis que les faces seront totalement isolées par du plastique blanc. En optant pour ce matériau peu propice à la dissipation thermique, le doute reste entier sur la conception du refroidissement. Aucun détail n’a été évoqué pendant la conférence sur ces aspects critiques. De même, le bruit dépendra aussi de la qualité du refroidissement puisque les ventilateurs devront tourner plus vites.

Pas un mot sur les services

Malgré la présence de deux éditions (avec et sans lecteurs blu-ray), Sony n’a pas évoqué les services de sa machine. Le programme de jeux offerts sera-t-il maintenu pour les joueurs PS4 abonnés au PS+ ? Le PlayStation Now va-t-il s’enrichir pour faire concurrence au Game Pass ? Sony va-t-il s’ouvrir plus largement au crossplay ? La PlayStation 5 sera-t-elle rétro compatible avec les 4 générations précédentes ? Beaucoup de questions majeures restent sans réponse et Sony ne semble pas pressé de prendre la parole sur le sujet.

Enfin, à l’exception des temps de chargement, aucune information ne circule au sujet de nouvelles fonctionnalités propres à la console. En 1 mot comme en 1000 : Je ne crois pas que Sony a su créer l’envie et susciter l’attente au travers de sa conférence en marquant sa différence. Qu’est-ce que la PlayStation 5 fait mieux ou différement des autres plateformes ? Les jeux, manifestement non, les services, non plus, la puissance, pas du tout, le prix, peut-être ! En effet, une fuite Amazon semble indiquer un tarif de lancement de 499€ pour la version avec lecteur blu-ray à la date de 20 novembre. Reste à savoir si la concurrence sera plus ou moins cher pour déterminer l’attractivité de la future PlayStation.