Disponible depuis le 1er juillet sur PC exclusivement, Trackmania a la lourde tâche de succéder à l’ensemble des jeux Trackmania² sortit ces dernières années (Canyon, Valley, Stadium, Lagoon). Durant la promotion du jeu, Ubisoft a insisté sur le côté « ultime » de l’expérience. Tout le fun de Trackmania, des mises à jour de contenu régulière, de la compétition en ligne et les très célèbres éditeurs de tout ce que vous pouvez imaginer. Après quelques heures de jeu, il semblerait bien que Trackmania vienne de réaliser un exploit comme j’en ai rarement vu.

Les bases solides de Trackmania

Si vous n’avez jamais joué à Trackmania, quelques explications s’imposent. Sachez tout d’abord qu’il s’agit d’un jeu de course, fier représentant de l’arcade. Ici, les voitures font des vols planés, roulent à 400 km/h et rebondissent même sur l’eau. Vous l’aurez compris, n’y cherchez pas le réalisme d’un Forza, ce n’est tout simplement pas le sujet.

Le premier jeu, tout simplement Trackmania, est discrètement sortit en 2003. Rapidement, la magie opère et la communauté se forme autour du titre.

En solo tout d’abord, une cinquantaine de circuit du plus facile au plus difficile promettait de nombreuses heures de jeu. En jouant, vous remportiez des médailles et des crédits pour construire vos propres circuit grâce à l’éditeur de piste. Le jeu comportait 3 environnements distincts et chacun d’eux disposait de son propre véhicule. En réalité, vous aviez à faire à 3 jeux différents regroupés sous une même bannière.

Il ne vous restait plus qu’à les partager avec vos amis en les défiant en ligne. L’occasion de s’affronter en toute bienveillance et de découvrir les circuits des autres.

Pour ne rien gâcher, Nadeo a ensuite sortit deux colossales mise à jour gratuites pour significativement améliorer les graphismes et ajouter encore plus de contenu. En parallèle, un nouvel opus avait vu le jour : Trackmania Sunrise. Sans entrer dans les détails, le titre reprend le modèle de l’original en le surclassant sur tous les points : éditeur de voiture, contrôle de la caméra, nouveaux modes de jeu, nouveaux environnements, que demande le peuple ?

Le phénomène Trackmania prend de l’ampleur, c’est là que Nadeo va taper fort.

Trackmania Nations

Nadeo, le développeur de la franchise, constate que son jeu est un carton. Problème, si Trackmania profite d’une communauté solide, il n’en reste pas moins que le titre est relativement difficile à exporter face à la concurrence de d’autres jeux avec plus de budget et de visibilité.

C’est là que l’équipe a une idée surprenante : pourquoi ne ferions-nous pas un jeu entièrement gratuit avec un environnement exclusif, des circuits inédits et tous les outils que notre communauté apprécie. Les joueurs pourraient se retrouver sans rien débourser et participer au phénomène Trackmania.

Ce jeu existe, il est paru en 2006 et il s’appelle Trackmania Nations.

Trackmania Nations Forever – 2008

Si vous le cherchez sur Steam, vous pouvez toujours le télécharger et y jouer gratuitement. N’hésitez surtout pas à l’essayer.

TMN pour les intimes propose donc un nouvel environnement : Stadium. Ce dernier est un stade gigantesque, mais intégralement vide, dans lequel vous allez conduire sur des circuits toujours aussi tortueux. Avec 65 épreuves et tout le fun des modes de jeu de Trackmania, Nadeo a marqué l’histoire du jeu vidéo.

La consécration n’interviendra qu’un peu plus tard avec Trackmania United. Tous les environnements de tous les jeux au sein d’un unique titre. Nouveaux circuits, nouveaux blocs, nouveau moteur graphique, et c’est parti. L’environnement Stadium a encore gagné en popularité en devenant le plus joué au sein de la communauté.

La suite de l’histoire, vous la connaissez peut-être. Nadeo sort la mise à jour Forever (Trackmania United Forever et Trackmania Nations Forever) qui demeurent encore aujourd’hui les opus les plus complets. Ici, il s’agit surtout d’améliorer une dernière fois les graphismes des jeux pour que tous les environnements profitent du même rendu. C’était avant qu’Ubisoft ne rachète Nadeo.

Le rachat qui fait mal

S’il on se concentre sur Trackmania Nations, il en existe donc deux versions à ce moment de l’histoire.  Nations et Nations Forever, un genre de remake gratuit.

Ubisoft rachète donc Nadeo et compte bien capitaliser sur le succès de Trackmania. Ainsi, lorsque Trackmania² est annoncé, la communauté est émue et l’attend avec impatience. Le jeu sort sous le titre Trackmania² Canyon et une franchise jusqu’à là pratiquement irréprochable fait son premier pas de côté.

Le jeu est beau, magnifique même, mais le contenu a significativement diminué. Un seul environnement et une seule voiture, heureusement, les outils de création sont restés. Ubisoft a donc pris la décision de vendre chaque environnement individuellement, au prix de 20€ au lieu de tout regrouper dans un même jeu. La décision est très discutable, mais le sujet ne s’arrête pas là.

Trackmania² Stadium – 2013

Parmi les quatre environnements vendus se trouve un certain Stadium. Oui, le fameux jeu gratuit de Nadeo a donc été remanié visuellement pour être vendu plein tarif. Peu de nouveau blocs, pas de nouvel éditeur de contenu, bref, un remake paresseux d’un jeu gratuit qui devient payant.

Après avoir sortit son jeu trois fois, on aurait pu se dire que Nadeo passerait à autre chose.

Effectivement, Trackmania Turbo a tenu le rôle de Trackmania United. Rassembler les environnements de Trackmania² vendus séparément dans un même jeu. Puis, sans explication, plus aucun projet n’avait vu le jour au sein de la franchise jusqu’à l’exploit d’aujourd’hui.

L’exploit d’Ubisoft : sortir le même jeu 4 fois !

Trackmania en édition 2020 établit donc cette prouesse incroyable : reprendre le même jeu, y ajouter un contenu famélique, ne pas toucher aux graphismes et demander un abonnement pour accéder à l’ensemble des fonctionnalités.

En d’autres termes, vous aurez accès à plus de contenu en jouant gratuitement à Trackmania Nations Forever qu’en vous essayant à cette édition 2020.

Oui, la nouvelle mouture a de meilleurs graphismes, oui les quelques nouveaux blocs ne sont pas totalement dénués d’intérêt. En dehors de ces quelques ajouts, comment justifier de facturer quelque chose au joueur ?

Trackmania – 2020

Pire encore, l’éditeur de circuit avancé (celui de Nations) est maintenant payant. Vous devrez le débloquer contre la modique somme de 10 €. Pourquoi ne pas simplement jouer à la version gratuite sur Steam et profiter de ce même éditeur ?

Côté contenu, Ubisoft fait le pari de tabler sur celui créé par la communauté. Vous aurez accès en payant 10€ à un nouveau circuit chaque jour que vous conserverez à la fin de votre abonnement. Si vous souhaitez plus de contenu dès maintenant : tournez vous vers les pistes communautaires.

Enfin, pour créer des clubs et jouer en ligne de façon compétitive, il faudra opter pour l’abonnement club facturée 60€ pour 3 ans.

En somme, si vous jouez gratuitement, vous aurez accès à une vingtaine de circuits et un éditeur de piste rachitique. Oubliez le jeu en ligne et les clubs, ils ne sont pas accessibles.

Pour 10€, l’éditeur complet (gratuit dans Nations) se débloque avec l’accès aux courses du jour et du jeu en ligne entre ami pendant 1 an. Vous ne pourrez pas rejoindre les clubs.

Enfin, pour 60€ vous aurez accès à l’ensemble du jeu pendant 3 ans. Une fois terminé, vos accès aux clubs seront restreints mais vous conserverez l’éditeur complet et les circuits du jour.

L’expérience ultime de Trackmania, c’est vraiment ça ?

Un environnement qui n’a pas bougé depuis 15 ans, quelques nouveaux blocs et un nouveau circuit chaque jour. L’accès payant aux modes en ligne et aux clubs. Ce nouveau modèle dissone franchement avec la vision de Nadeo en plus de donner le sentiment d’un grand manque de créativité.

En bref, je ne peux que vous recommander de passer votre chemin et d’opter pour Trackmania Nations Forever. C’est pareil, un peu moins beau mais c’est gratuit et surtout bien plus complet.