Le 10 novembre 2020, le monde a enfin pu découvrir les deux nouvelles consoles de Microsoft : La Xbox Series X, le plus véloce et le plus couteux des deux modèles proposés, ainsi que la Xbox Series S, une machine accessible financièrement pour profiter du même catalogue et des mêmes services sans toutefois atteindre le même niveau de technicité. Ce positionnement stratégique ne sera payant que d’ici quelques mois faute de stocks suffisant. Le temps pour nous, de vous parler de ces nouvelles boîtes à divertissement tout à fait étonnantes.

La promesse initiale

Dans nos articles précédents sur le sujet, nous avons longuement évoqué les services, les configurations et même la cohérence des architectures de ces nouveaux appareils. Il ne s’agit donc pas vraiment de répéter ce qui a déjà été dit mais de reprendre la promesse de Phil Spencer, le directeur de Xbox.

Concernant la Series X, l’objectif est clair : proposer des jeux en 4K, à 60 IPS comme étant le nouveau standard. Tout cela dans des mondes plus vastes, plus denses et plus interactifs que jamais. Sur certains titres comme Ori and the Will of the Wisps ou DIRT 5, il est possible de jouer à 120 IPS. Les développeurs qui souhaitent aller plus loin peuvent donc proposer leurs jeux en 8K et 120 IPS.

La Series S, avec deux tiers de puissance de calcul en moins, vise une résolution 2K (1440p) avec le même framerate. Ainsi, pour l’écrasante majorité des joueurs qui disposent encore d’un écran Full HD, ce modèle est largement suffisant. Il n’embarque pas de lecteur blu-ray et dispose de moitié moins de stockage de la Series X.

Enfin, pour l’une comme pour l’autre, tous les jeux, les accessoires et les services de la génération précédente sont annoncés comme compatibles. Inutile de racheter des manettes par exemple, puisque tout est déjà pris en charge.

Tous vos jeux, en mieux

Du côté des jeux, tout est conforme aux annonces. Des titres comme Gears 5, Sea of Thieves, Forza Horizon 4 ou Assassin’s Creed Valhalla fonctionnent effectivement en 4K à 60 IPS de façon très stable. En l’occurrence, cette fluidité n’est pas sans rappeler celle que connaissent les joueurs PC depuis longtemps déjà. Retrouver ce confort avec une meilleure résolution, des temps de chargement pratiquement inexistants et tous les services Xbox rend l’expérience exceptionnelle.

Il en va de même pour les titres third-party et le catalogue de jeux rétrocompatibles Xbox 360 et Xbox originale. Les jeux profitent du HDR de façon automatique grâce à l’intelligence artificielle et toutes améliorations Xbox One X et Xbox One S sont présentes, respectivement sur Xbox Series X et Series S. Ainsi, vous pourrez rejouer à Fusion Frenzy, le tout premier jeu Xbox, sortit le 15 novembre 2001, en 4K et HDR, alors que tout cela n’existait pas à l’époque.

Enfin, vos jeux physiques sont toujours pris en charge, à condition que vous jouiez sur Series X. Il suffira de mettre le disque de n’importe quel jeu du catalogue pour lancer l’installation et jouer. Vos sauvegardes, vos achats sur le Microsoft Store, tout est là, prêt à jouer.

Game Pass Ultimate s’enrichit encore

Après les nombreuses annonces de rachat, dont le dernier en date concernait l’ensemble du groupe Zenimax (Bethesda, Arkane, id Software entre autres), Microsoft a officialisé deux extensions de l’abonnement Game Pass Ultimate : l’arrivée de EA Play et l’intégration de xCloud.

Dans le premier cas, cela signifie qu’il est maintenant possible de profiter de tous le catalogue EA Play sur console et très bientôt (courant décembre) sur PC, sans surcoût. Que vous optiez pour l’abonnement Ultimate (Game Pass Xbox et PC, xCloud, Xbox Live GOLD) ou individuellement pour votre périphérique (Game Pass Xbox ou PC), vous aurez accès au catalogue EA Play sans surcoût. Cela représente tout de même une centaine de titres dont Battlefield, FIFA, Need for Speed, Les Sims, Crysis, Burnout, Dead Space, Star Wars Jedi : Fallen Order et beaucoup d’autres encore.

xCloud doit encore trouver son chemin jusqu’aux utilisateurs mais le service ouvre à Microsoft les portes de nouveaux marchés. Ce service de cloud gaming permet dès maintenant de jouer à tous les jeux du Xbox Game Pass depuis un mobile ou une tablette. Ce système sera bientôt disponible sur PC, TV et même sur Xbox si vous ne souhaitez pas installer vos jeux. xCloud est inclus dans Game Pass Ultimate et ne peut pas être souscrit autrement, pour l’instant.

L’avantage ici, c’est que vous n’avez pas besoin de passer immédiatement sur Xbox Series pour profiter des nouveaux jeux et services. Néanmoins, en le faisant, vous aurez accès à Star Wars Jedi : Fallen Order dans la meilleure qualité possible.

Un tout nouveau genre d’appareils

Toute la première partie de cet article évoque ce que vous savez certainement déjà de ces nouvelles machines. Elles sont incroyablement performantes, tiennent parfaitement les promesses annoncées pour un prix serré. Ajoutez à cela qu’elles sont parfaitement inaudibles, même en jeu et quelques surprises sympathiques vous attendent (comme le nouveau Microsoft Store et le programme de récompense Microsoft Rewards) et vous obtenez l’équilibre parfait pour le lancement d’une nouvelle génération.

La question maintenant, consiste à comprendre ce qu’est cette nouvelle génération. La fameuse next-gen dont tout le monde veut bien nous parler depuis des mois a débuté sur PC, avec Microsoft Flight Simulator, un jeu qu’il aurait été impossible de réaliser auparavant pour des raisons éminemment techniques. Le titre n’est pas disponible à l’heure actuelle sur Xbox Series mais devrait arriver dans le courant de l’année prochaine.

Aucun jeu disponible à présent ne semble démontrer ce que cette génération devrait apporter aux joueurs. Les titres actuels sont issus, pour la plupart, des générations de consoles précédentes et les jeux cross-gen comme Watch Dogs Legion ou Assassin’s Creed Valhalla ne semblent pas si éloignés de ce que nous connaissions déjà.

Alors, que se passe-t-il ?

La technique d’abord, les jeux ensuite

Une transition a bel et bien eu lieu sur Xbox, mais elle est parfaitement transparente pour les joueurs. Si vous lancez un jeu Xbox One sur Series X | S, vous vous apercevrez rapidement qu’il s’exécute nativement sur la console. Contrairement aux titres Xbox 360 et Xbox, les jeux Xbox One se lancent et s’installent nativement sur le système. Pourtant, des accessoires comme Kinect et les jeux compatibles ne sont, eux, plus pris en charge.

En jetant un œil aux paramètres, vous retrouverez des options de la Xbox One mais aussi de nouveaux menus pour les Xbox Series. Cela nous donne déjà un premier élément de réponse quant aux objectifs de Microsoft sur cette génération : ne pas créer de rupture brutale.

Ici, il ne s’agit pas d’expliquer aux joueurs qu’ils doivent tout abandonner pour profiter de leur nouvel appareil. La transition est douce, immédiate, grâce à un socle logiciel qui, en réalité, a été étendu. Ici, pas de nouveau système d’exploitation mais une large extension de l’existant, de façon à pouvoir prendre en charge tout ce qui a déjà été fait mais aussi de proposer des outils exclusifs pour produire de nouveaux jeux.

Cette approche est révolutionnaire dans l’industrie, puisqu’aucune console n’a jamais eu l’audace de proposer cette vision des choses. En effet, les innovations sont déjà là, elles sont prêtes et les développeurs sont à l’œuvre pour créer des jeux qui ne pourraient jamais fonctionner sur Xbox One | S | X. Pourtant, le système d’exploitation conserve la même base que la génération précédente, ce qui représente un travail d’intégration colossal pour les équipes de Xbox. Enfin, pour le joueur, un autre sujet se pose : les Xbox Series sont-elles des consoles de jeu ?

Console, ou autre chose ?

S’il on se limite aux usages pour lesquels ces machines ont été prévus, alors oui, ce sont des consoles de jeu. Elles lancent des jeux, proposent quelques applications et des services intégrés. Ce sont donc des consoles de jeu.

Pourtant, un appareil ne se qualifie-t-il que par la somme des usages qu’il offre ? Assurément non, puisqu’il n’est pas rare, en particulier en informatique, de voir des technologies détournées de leur usage premier pour aboutir à d’incroyables innovations. Avec les Xbox Series, Microsoft démontre qu’il est possible, sur ce qui devrait être une console de jeu, d’avoir la même approche que sur Windows. Faire grandir le socle logiciel en le désolidarisant du matériel. Le fait même que deux Xbox Series coexistent avec deux configurations différentes le prouve : le nouveau système d’exploitation est si flexible que deux machines radicalement différentes sont parfaitement compatibles avec les mêmes contenus.

À présent, en poussant la réflexion un peu plus loin, pourquoi Microsoft ne pourrait pas tirer parti de ces innovations via d’autres form factors ? Des boîtes pour le salon, mais aussi des ordinateurs, des tablettes, des téléphones ou n’importe quel autre appareil. Le logiciel est assez souple pour s’adapter, même au cloud, alors pourquoi pas ailleurs ?

Si vous cherchez l’innovation de cette génération chez Xbox, vous l’avez sous les yeux mais elle n’est pas encore concrète et palpable. Néanmoins, cet esprit d’anticipation ouvre la porte à de nouveaux usages, de nouveaux services et surtout, des jeux plus incroyables que jamais. Dans le même temps, à défaut de pouvoir parler de consoles, il va falloir leur trouver un autre nom. Ce ne sont pas non plus des PC, bien que Windows s’exécute effectivement dessus.

Les vrais jeux next-gen transcenderont les considérations matérielles

C’est exactement ce que fait Microsoft Flight Simulator et c’est pour cette raison que le jeu est une prouesse technologie. Il s’agit assurément de jeu le plus pointu jamais conçu et cela grâce, principalement, au cloud Azure de Microsoft.

En effet, Bing Maps, le service de cartographie de l’entreprise américaine, stocke plus de 2 pétaoctets de données soit plus de 2048 To de cartes des différentes zones de la planète. Aucun ordinateur, aucune console ne peut stocker ce volume d’information. Encore moins le traiter et l’exploiter. De fait, grâce aux innovations du cloud Azure et à la souplesse de Windows 10, les équipes françaises et autrichiennes d’Asobo et de Blackshark.ai ont pu délivrer une expérience unique, où les données sont diffusées depuis le cloud mais les rendus visuels et sonores, calculés par un ordinateur individuel. De cette façon, à instant donné, vous ne stockez qu’une infime portion de ces données sur votre ordinateur.

Ainsi, votre jeu fonctionne en partie grâce au matériel que vous avez acheté, mais aussi la qualité de l’infrastructure qui gère, traite et renvoie des volumes astronomiques de données. Un tel jeu, il y a quelques années, n’était tout simplement pas réalisable.

La puissance du cloud est à portée de main sur Xbox Series.  En effet, son CPU AMD intègre les protocoles nécessaires pour interagir avec un service de cloud comme Azure. Cette prouesse, unique dans toute l’histoire de l’industrie, donne à Microsoft un avantage considérable à long terme. En effet, les développeurs pourront s’appuyer sur la machine la plus puissante au monde dans sa catégorie avec en plus, une force de calcul illimitée en déportant une partie du contenu dans le cloud. La taille des mondes ouvert n’aura plus de limite, la qualité visuelle et sonore des jeux non plus, et l’intelligence artificielle des jeux devrait connaître une amélioration significative.

Il n’y jamais eu de meilleur moment pour jouer sur Xbox

C’est ainsi que nous conclurons cet article. Les Xbox Series X | S ne font pas que tenir leurs promesses. Elles annoncent haut et fort des ambitions fortes, à long terme, pour l’écosystème tout entier. Il n’existe plus de meilleur appareil pour jouer mais simplement des alternatives selon vos besoins et vos envies. En optant pour une Xbox, vous profiterez d’une expérience où tout votre temps sera réellement consacré à jouer. Les mises à jour sont transparentes, les chargements inexistants et vos amis à portée de main. Montre en main, lancer une session de Sea of Thieves, Gears 5 ou Forza Horizon 4 avec 3 autres joueurs prend moins d’une minute, ce qui est impossible sur PC. La fonction Quick Resume vous permet de reprendre n’importe quel jeu là où vous vous êtes arrêté, même si la console a été débranchée électriquement.

Enfin, avec Xbox All Access, vous pouvez vous procurer une nouvelle machine dès 21.99 € par mois pendant 24 mois. Cela inclus la console et l’abonnement Xbox Game Pass Ultimate pendant 2 ans. À la fin de l’offre, vous gardez la console et ne payez plus que Game Pass, si vous le souhaitez.

Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour jouer sur Xbox. L’expérience est incroyable et l’avenir des 22 studios de développement que Microsoft possède aujourd’hui s’annonce exceptionnel.